Les 5 règles d’or pour un bon storytelling

4459977018_f3d4c751aeLe storytelling – ou l’art de raconter des histoires – connaît un succès retentissant ces dernières années. On le retrouve dans différents domaines, de la politique à l’entreprise, en passant par la scène. Mais au fait, quels sont les ingrédients miracles qui font que la sauce prend ? Décryptage.

Ces 5 ingrédients (+1 mystère à la fin) sont issus de notre experience en tant que storyteller. Il n’est pas toujours simple de construire un discours pertinent pour soi, ou une personne qui monte sur scène. Pourtant, il existe des incontournables.

1. Adaptez-vous à votre public

Ca paraît tarte, et pourtant… Quels sont ceux qui s’adapte réellement aux attentes et motivations de leur public ? Savez-vous pourquoi vous prenez la parole face à ce public en particulier ? Quelles sont les peurs que vous devez apaiser ? Vous devez impérativement répondre à ces questions. Chaque intervention doit être une déclinaison, c’est-à-dire être unique et formulée en fonction de ce que vous connaissez de votre public. A vous de partir à la chasse aux informations si vous ne savez rien.

2. Vous partagez une vision

Votre discours doit appartenir à une organisation plus vaste, qui le dépasse. C’est la valeur ou le socle sur lequel prend appui votre démonstration. Celle-ci est un savant équilibre entre :

  • les émotions et le pathos, donnez chair à votre intervention en l’incarnant : pronoms personnels, anecdotes, témoignages, vidéos, bref tous les moyens qui apportent de l’expressivité;
  • le savoir et la connaissance, donnez de la profondeur à votre intervention : références littéraires, philosophiques ou scientifiques, données solides et factuelles, bref tous les moyens qui vous permettent de vous crédibiliser.

3. Faites vivre une expérience

L’important c’est de faire vivre une expérience à votre public. C’est fini le temps de l’écoute passive ! Faites participer votre public, stimulez-le, posez-lui des questions. Entrez en interaction avec lui. Le but : faire découvrir en temps réel quelque chose de fort. Vivez le temps présent avec lui. Accompagnez votre public lors de cette  révélation. Votre intervention doit être construite comme si vous aviez un secret à révéler. Cela peut prendre la forme d’un nouveau point de vue, d’une méditation ou encore d’un retour d’expérience.

4. Optez pour la posture pédagogique

Oui il faut du fond et de l’expertise. Mais si vous ne faites pas l’effort de vous adapter à votre public, pourquoi ferait-il l’effort de vous écouter ? Oubliez les mots compliqués : mieux ! Expliquez simplement un phénomène complexe, voilà la vraie intelligence. Pour cela, toutes les analogies et les métaphores sont bonnes à prendre, même les plus inventives. Elles sont indispensables. Elles permettent de rendre concret et accessible ce qui vous parait évident en tant qu’expert, mais difficile en tant que novice.

5. Créez des moments « Star »

Excellent conseil tiré de l’ouvrage de Nancy Duarte, Slideology, créez des moments de rupture. Il en faut un plus fort que les autres. Lors de votre intervention, mettez en scène moment « STAR », celui qui restera gravé dans les mémoires. Ce moment STAR qui va créer l’ancrage est le pivot de votre présentation. Il peut prendre des formes très diverses : un témoignage, une anecdote très personnelle, un objet montré sur scène, une démonstration pratique, une vidéo, etc.

6. Enfin, le dernier conseil, qui sera l’objet d’un tout prochain article car assez complexe : parlez en archétypes. Toute bonne histoire vient réveiller une partie inconsciente et enfouie en nous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>